LIVE : Grand Prix de la Bruyère Leaderboard

Philippe Delhaye est le nouveau Président de la Fédération Royale Belge de Golf

 

Président sortant de l’AFGolf et membre du Conseil d’Administration de la FRBG depuis quatre ans, Philippe Delhaye a été nommé nouveau Président de la FRBG à la place d’Emmanuel Rombouts arrivé en fin de mandat.

Actif dans l’immobilier dans la région du Hainaut et issu du Club de Mont Garni où il a été Capitaine durant six ans, Philippe Delhaye nous a, lors d’un entretien, livré sa version du golf belge.

“Une meilleure coordination autour de BEgolf”

 

Philippe Delhaye, félicitations pour votre nomination en tant que président de la FRBG. Vous pensiez vous présenter à ce poste depuis longtemps ?

Non, pas du tout. Je ne me suis d’ailleurs pas vraiment présenté. Cette nomination est le fruit d’un consensus entre les différents administrateurs, et d’un processus qui s’est fait naturellement. Vu l’alternance pour ce poste entre francophone et néerlandophone, il semblait logique que ce soit le président de l’AFGolf qui poursuive le travail entrepris par Emmanuel Rombouts. Je suis d’ailleurs très heureux qu’il soit désormais président de Golf Vlaanderen, cela va nous permettre de finaliser différents dossiers déjà bien engagés entre les différentes fédérations.

Et ce à travers le concept de BEgolf, l’association entre la FRBG, l’AFGolf et Golf Vlaanderen ?

Tout à fait. Comme le souligne aussi notre secrétaire général Ben Ooms, BEgolf est l’épicentre de notre collaboration, tant en matière de communication et de coaching que de sponsoring et autres. Chaque fédération doit bien sûr rester autonome, mais il est important d’être mieux coordonné et de ne pas perdre d’énergie en réalisant des projets identiques chacun de son côté et en travaillant sous une même bannière. Dans ce cadre, le déménagement dans un même bâtiment, à proximité du Golf National à Sterrebeek, va améliorer sensiblement la situation en favorisant les échanges entre le personnel, les présidents et les secrétaires. Le bail a été signé il y a un an, la réflexion sur l’implémentation des locaux est en cours et le bâtiment sera terminé fin 2022.

Que désirez-vous apporter en tant que président ?

Je veux apporter une valeur ajoutée par rapport au travail réalisé jusqu’à présent par mes prédécesseurs, en ayant un plan stratégique et une ligne de conduite pour les trois ou cinq ans à venir… en fonction également de l’agenda politique en Belgique. Au niveau golf, nous devons notamment déterminer précisément qui est compétent sur quelle matière. Ces compétences sont étroitement liées à la régionalisation du pays, mais certaines continuent à dépendre du fédéral. En matière de la problématique phyto (régionalisée), j’ai par exemple dû contacter le ministre Clarinval, compétent au niveau fédéral au niveau de la reconnaissance des produits biopesticides. Rien n’est simple en Belgique.

Et en matière sportive, quelle sera votre politique ?

Nous avons en Belgique de nombreux talents chez les jeunes, encadrés pour l’instant par leur coach et leur fédération régionale. Nous devons cependant leur donner un cadre plus large pour leur éclosion à l’échelon international. Nous comptons à ce niveau sur le savoir-faire et la vision de notre coach national Michel Vanmeerbeek, mais aussi sur Fanny Cnops, engagée en septembre dernier au niveau de la coordination et du management de nos élites. J’ai pu constater, lors du récent International U14 à Waterloo, que l’organisation d’équipes comme celles de la France ou de l’Italie est nettement plus avancée. Nous allons également continuer à soutenir les jeunes pros, dans le cadre de plans étalés sur plusieurs années. Un règlement précis a été établi à ce niveau.

…et en continuant à soutenir des tournois en Belgique ?

Oui. Nous sommes très contents du retour du Belgian Open l’an prochain, une initiative qui revient à une association privée autour de l’entreprise Soudal, en collaboration avec Rinkven International Golf Club. Le tournoi du Ladies European Tour, qui a malheureusement dû être annulé cette année, aura lieu fin mai 2022 à Naxhelet. Cela ne peut que favoriser le golf et les pros en Belgique. A nos yeux, le tournoi du Challenge Tour/LETAS est cependant encore plus important, car il permet de poursuivre le système d’échange d’invitations avec les autres fédérations. Kristof Ulenaers en a pleinement profité en remportant un tournoi et en obtenant une exemption, nous espérons que d’autres jeunes néo-pros puissent en faire de même et rejoindre rapidement le circuit européen.

L’objectif n’est-il pas aussi de continuer à avoir des représentants aux Jeux olympiques, comme ce sera le cas cette année avec Thomas Pieters, Thomas Detry et Manon De Roey ?

Les JO sont en effet une belle vitrine pour un sport comme le golf. Vu la crise sanitaire, notre délégation sera très succincte autour de nos trois joueurs, avec uniquement Emmanuel Rombouts comme Head Delegation et le coach Jérôme Theunis. Je pouvais également m’y rendre en tant que président de la FRBG. Mais sans pouvoir aller sur le parcours et avec des événements protocolaires et de networking réduits au strict minimum, cela ne servait à rien de voyager à Tokyo.

L’impact d’une médaille, principalement en or, est cependant important sur le nombre d’affiliés!

Oui, cela a un impact terrible. Je suis de nature optimiste, et j’estime que nos deux Thomas ont une chance d’y parvenir vu notamment le système de sélection mis en place. Manon De Roey, qui sort d’une excellente saison 2020, profitera aussi pleinement de l’expérience alors qu’elle a décroché sa place haut la main. Mais, au-delà d’une médaille olympique, c’est surtout la crise sanitaire qui est responsable de l’explosion actuelle du nombre d’affiliés. Et celle-ci se poursuit, puisque nous avons passé le cap des 70.000 membres fin décembre et que nous en sommes à 72.000 au 30 juin 2021, avec une croissance identique dans les deux régions.

Le budget de la FRBG permet-il d’augmenter cet élan?

Nos recettes ont en effet augmenté avec le nombre d’affiliés, alors que la cotisation fédérale de 60€ est restée inchangée pour 2021 et 2022. La saison prochaine sera cependant une année charnière, avec de nouvelles orientations et de nouvelles ambitions dans notre nouveau bâtiment. Nous avons également déjà provisionné 50 000€ pour le LET et 100 000€ pour le Belgian Open. Le Belgian Team (coaching, encadrement et déplacement) représente également un budget de 300 000€. Nous allons également investir en matière de communication, afin d’accentuer la visibilité médiatique du golf. Le graphisme de notre site golfbelgium.be va être revu, avec une prédominance de rouge. Nous aurons également davantage de contenus, tant au niveau du Belgian Team, des pros, des règles de golf, du système WHS, mais aussi des clubs, qui seront mis régulièrement en évidence tant en français qu’en néerlandais. N’oublions pas que ce sont les clubs, 90 actuellement, qui font vivre le golf en Belgique. A travers nos fédérations régionales, notre objectif restera également de les soutenir, et de soutenir les nouveaux projets de 18 trous ainsi que des parcours de 6 ou 9 trous, l’avenir du golf en Europe.

Hugues Feron